questions illégales

8 questions illégales d’un recruteur lors d’un entretien d’embauche !

Ça y est ! Vous avez décroché un entretien pour une entreprise et vous essayez d’anticiper les questions que pourrait vous poser le recruteur.
Toutefois, certains recruteurs n’hésitent pas à poser des questions illégales car très intimes et personnelles.

On te présente 8 questions illégales qui pourraient être posées et la façon d’y réagir avec courtoisie et intelligence !

 

1-Êtes-vous célibataire ?”

 

Cette question étonnante concerne votre vie privée. Le terme “privée” dans “vie privée” n’est pas là par hasard. Le recruteur n’est pas là pour connaître votre jardin secret mais pour connaître votre motivation et vos compétences. D’autant plus que votre situation personnelle n’influe en rien sur vos aptitudes pour le poste.

N’oubliez pas qu’il s’agit d’un entretien d’embauche, pas d’un rendez-vous galant. Le recruteur n’a donc aucunement le droit de vous poser cette question déplacée.

Pour esquiver cette question illégale, vous pouvez simplement dire poliment que vous trouvez cette question trop personnelle et que le fait que vous soyez célibataire ou non n’a aucune incidence sur la qualité votre travail au sein de l’entreprise.

 

2-“Êtes-vous en bonne santé ?”

 

Un recruteur peut vous demander un certificat ou un examen médical pour certains postes. C’est le cas pour les métiers du bâtiment qui nécessitent une endurance physique importante.

Pour les autres professions en revanche, cette question illégale est illégitime. En procédant ainsi, le recruteur cherche à minimiser le risque d’absences et d’arrêt maladie dans l’entreprise. Cette question peut avoir un caractère discriminant. Votre recruteur n’est pas votre médecin et vos problèmes de santé ne le concernent pas.

Il doit donc respecter le principe du secret médical et vous n’êtes pas en obligation de lui fournir vos antécédents médicaux.

 

3-“Pour qui votez-vous ?” 

 

Comme lorsque vous vous rendez dans l’isoloir pour voter lors d’échéances électorales, votre vote pour tel parti ou personnalité politique ne regarde que vous. Les choix politiques appartiennent à la sphère privée et le recruteur n’est pas en droit de vous le demander. De plus, c’est une information qui pourrait favoriser une discrimination à votre encontre.

Vos opinions politiques n’ont aucun rapport avec vos compétences ou votre manière de travailler. Si l’on vous pose cette question, vous devez vous demander si vous souhaitez réellement travailler dans une entreprise avec de telles méthodes de recrutement.

 

4-“Quelle est votre religion ?”

 

Quelles que soient vos croyances religieuses et votre rapport à la foi, un recruteur ne peut pas se fonder sur un critère religieux pour vous sélectionner. Votre religion est intime et n’appartient qu’à vous.

Face à cette question, répondez poliment de la même manière que pour la question “êtes-vous célibataire ?” : que cette question est trop intime et que vous estimez que cela ne concerne que vous.

 

5-“Comptez-vous avoir des enfants ?”

 

Il s’agit d’une question illégale qui est spécifique aux femmes. Le recruteur souhaite savoir si la candidate va prendre un congé maternité au cours de sa carrière.

Elle est également offensante et discriminatoire pour les femmes qui sont déjà sous-représentées dans certaines professions. Cette question sexiste véhicule l’idée que les femmes doivent faire un choix entre leur carrière et leur vie de famille.

Vous n’êtes donc pas dans l’obligation de révéler si vous avez un projet familial ou non, si vous comptez être enceinte ou non, ou votre volonté d’avoir des enfants.

 

6-“Avez-vous déjà eu affaire à la justice ?”

 

Des métiers comme convoyeur de fonds, agent de sécurité ou même d’animateur dans un centre de vacances sont soumis à cette règle. Le recruteur peut donc vous demander si vous avez un casier judiciaire vierge.

Toutefois, pour d’autres professions, c’est une question illégale qui n’a pas à être posée. Si vous avez déjà eu affaire à la justice et que vous avez payé votre dette envers la société, vous n’avez pas à justifier vos antécédents judiciaires.

 

7-“De quelle origine êtes-vous ?”

 

Cette question peut être posée par le recruteur de façon complètement naïve s’il a par exemple reconnu l’origine de votre nom de famille. Cependant, elle fait partie de ces questions illégales qui peuvent être motivées par des préjugés.

Cette considération n’a absolument aucun intérêt dans un entretien. N’hésitez pas à le faire remarquer au recruteur qui se permettrait une telle question.

 

8-Êtes-vous homosexuel ?”

 

Le fait que vous soyez homosexuel, bisexuel, transgenre… n’est pas censé avoir de conséquence sur le recrutement d’un candidat. Encore une fois, votre orientation sexuelle est intime et vous n’avez pas à la partager si vous n’en n’avez pas envie.

Néanmoins si l’employeur l’utilise comme critère pour embaucher ou non un salarié, il se rend coupable de discrimination et encourt des sanctions pénales.

Avant un entretien, renseignez vous sur les questions que l’on peut ou ne peut pas vous poser. Face à des questions illégales, n’hésitez à faire remarquer le caractère déplacé ou inapproprié de la question. Rappelez vous qu’un entretien a pour but uniquement d’évaluer votre aptitude à occuper un poste.

 

Découvre nos entreprises à impact positif !

Rendez-vous sur Meet My Job pour découvrir les dernières offres de stage & d’emploi des entreprises & associations qui ont un impact positif sur notre planète et société !